Menu

Eveil - Jennifer L. Armentrout

18 octobre 2019


Titre : Eveil 
Auteur : Jennifer L. Armentrout
Traducteur : Paola Appelius 
Saga : Covenant 
Éditeur : J’ai Lu 
Collection : Inédit 
Nombre de pages : 476 
Format | Prix | : Poche | 13,00€ | Ebook | 9,99 € | 
Disponible ici : Amazon | Fnac


Ce livre est un tome 3, le résumé ainsi que la chronique peuvent potentiellement vous spoiler le tome 1 et 2. 

Sang-pur - Jennifer L. Armentrout

27 septembre 2019

Titre : Sang-pur 
Auteur : Jennifer L. Armentrout
Traducteur : Paola Appelius
Saga : Covenant 
Éditeur : J’ai Lu 
Collection : Inédit 
Nombre de pages : 476 
Format | Prix | : Poche | 13,00€ | Ebook | 9,99 € | 
Disponible ici : Amazon | Fnac

Ce livre est un tome 2, le résumé ainsi que la chronique peuvent potentiellement vous spoiler le tome 1. 



Zéro Déchet, premier bilan.

10 septembre 2019



Helloo tout le monde ! J’espère que vous allez bien, aujourd’hui mardi 10 septembre je commence le premier bilan Zéro déchet. Qui je l’espère sera le premier d’une longue série. Mais du coup, a quoi va servir ce « rendez-vous » ?

Dans un premier temps à me motiver à faire toujours un peu mieux que la fois précédente, vous motiver par la même occasion, mais également voir l’évolution, mon état d’esprit … Je ne sais pas à quelle fréquence je ferai ce genre d’articles, je pense que la transition sera longue et je n’ai pas l’intention de bouleverser trop rapidement les choses pour qu’elles soient bien faites et surtout qu’elles tiennent dans le temps.

D’ailleurs si vous souhaitez reprendre vous aussi ce genre d’articles, n’hésitez surtout pas, je serai ravie de pouvoir voir votre progression.


Du coup, je vais faire un plus ou moins petit état des lieux de ma situation.

ETAT DES LIEUX

1. Lieu de vie :
Je suis retournée vivre chez mes parents puisque mes études à Angers sont terminées. Donc si je fais le choix de cette transition il va falloir qu’elle se fasse encore plus progressivement pour qu’eux aussi puissent s’habituer à ces nouvelles habitudes s’ils le souhaitent évidement. Je n’ai aucunement l’intention de les forcer ou les frustrer puisque je pense que ce n’est absolument pas une solution (même si parfois j’ai envie de les secouer comme des pommiers). Mais aussi, lorsque j’habitais à Angers, soit en ville, c’était plus facile de se déplacer en transports en communs puisque je n’avais pas de voiture et que tout était à proximité. Ici on est en cambrousse « dans un milieu semi-urbain » où il n’y a même pas de boulanger (pour vous situer), a contrario les agriculteurs, on connait du coup on devrait avoir moins de mal à trouver un pas très loin de chez nous (mais c’est plus compliqué que ça, vous allez voir ^^).


2. La cuisine :
o Pour l’instant, comme la plus part des famille, on achète en grande surface la majorité de nos aliments. On achète tout de même un peu de vrac de temps à autres. Cependant, on a déjà la plus part des « boites » puisque lorsqu’on achète les aliments on les met dans nos tuptups pour mieux organiser le placard… Oui oui, on achète des aliments suremballés pour les mettre dès notre arrivée à la maison dans des tuptups … On est sur une grande logique, mais on ne juge pas !

o Un point sur lequel, je pense qu’on va avoir beaucoup de mal, ce sont les stocks … Comment vous dire que je ne trouve pas ça choquant d’acheter 20 boites de thon pour éviter de tomber en fin de stock … C’est quelque chose que j’ai déjà fait, qui me semblait normal et logique (bon à ce moment je n’avais pas de voiture du coup ça aide un peu parce que les conserves c’est louuurd) mais maintenant je trouve ça tellement ridicule. Sérieusement, ça nous sert à quoi ? Rien ! Mais entre nous « au cas où, on ne sait jamais » … Mdr il y a du chemin à faire.

o En ce qui concerne les fruits et légumes, on essaye de consommer au maximum des fruits de saison … Hum hum y compris les tomates en décembre … Mais également sans emballage plastique … Quoi que non, quand j’y pense ce n’est pas rare d’en croiser certains 😵 Mais surtout, les fruits et légumes en vrac du super marché, on prend une petite poche plastique pour aller les peser (sauf quand il n’y a qu’un seul aliment, et encore) … Je crois que je suis actuellement en train de me rendre compte à quel point c’est ridicule ! Mais, je tiens à préciser qu’il y a eu une certaine évolution quand même. Du coup je vais en parler un peu plus loin ^^

o En revanche, derrière tous ces trucs absolument pas top, il y a un truc pour lequel on n’est pas trop mauvais. On n’achète pas de plats préparés. Nous faisons tous les repas avant de les manger. Bon, Thermomix nous aide pas mal aussi, mais comme ça on n’achète pas de plats préparés. On fait même des pizza maison, et je peux vous dire qu’elle est à tomber par terre ! Et entièrement personnalisable ^^

o Autre point, on n’est pas végans ou végétariens. Alors certes ça ne semble pas une évidence à première vue de vous le préciser, mais je fais un état des lieux total de notre point de départ ! Je pense qu’être végan ce n’est pas pour tout de suite, et en étant tout à fait honnêtes avec vous mais surtout avec moi-même, je pense qu’on n’atteindra pas ce palier. Après ce n’est pas spécialement un palier que j’ai personnellement envie d’atteindre, si un jour j’y arrive tant mieux, sinon j’en vis très bien. Dans un premier temps on est de bons mangeurs, on vient de familles de chasseurs et comme mon beau-père aime le dire « T’en veux une ou deux ? Deux, je marche sur deux jambes. » … Déjà, si on réduit notre consommation de viande je peux vous dire qu’on sera très très bien. Quand j’habitais à Angers, je me suis rendu compte que je ne ressentais pas le besoin de manger à tous les repas de la viande, j’ai donc commencé petit à petit à diminuer, puis j’ai quasiment arrêté de manger de la viande rouge. Je la réservais uniquement pour des journées qui allait être compliquées énergiquement parlent. Et je trouvais que ça changeait réellement ! Du coup, j’étais passée de manger de la viande tous les jours deux fois par jours (sans compter la charcuterie possible) à ne plus manger de viande pendant deux semaines sans que ça ne me pose aucun problème. Juste en écoutant mon corps. Puis je suis revenue à la maison … Et j’ai repris mes anciennes habitudes. En plus de ça, l’été est arrivé, les barbecues et planchas aussi … Maintenant je suis de retour au point de départ de cette belle évolution. Je suis également une grande consommatrice de fromages et yaourts cependant je ne bois pas de lait (c’est déjà ça ^^). On mange également du poisson. Je pense qu’en toute honnêteté, on est capables de manger 2 à 4 fois de la viande par semaine (et plus 10-14) et environ la même chose en poisson de façon progressive et pour satisfaire les besoins de tous.


3. La salle de bain
o Alors là, je pense que c’est l’un des points où on a le plus avancer. Alors à titre personnel, je n’achète plus de dentifrice mais j’ai encore une brosse à dent en plastique (le temps de finir ma réserve). Je n’achète plus non plus de shampoo, je le fais moi-même, pas d’après shampoo non plus, ni de masques. Il me reste un dernier gel douche que je suis en train de finir et après je passe au savon de Marseille. Je n’utilise plus non plus de démaquillant, ou de protections périodiques jetables. Je n’achète plus non plus de crèmes de jour ou de nuit, de beure/lait pour le corps. Je suis en train de finir mes derniers déodorants pour passer à un écologique et meilleur pour ma santé (à prix plus que mini) que j’ai déjà testé et qui est génial. J’ai une collection de maquillage miniature que je fais diminuer de plus en plus en finissant les produits. Parce qu’il est hors de question de se débarrasser des produits alors qu’ils sont encore en état de fonctionner, s’ils ne me conviennent plus je les donne ou les vend mais je ne les jette pas (ici aussi on essaye de limiter les déchets). Bon, on n’a pas de toilettes sèches (qui n’arriveront pas tout de suite ^^) ni un papier qui n’a aucun impact sur l’environnement mais on fait nous-mêmes notre produit d’entretien de la cuvette (c’est déjà ça, on se rattrape comme on peut).

o Le point sur lequel malheureusement on est un peu moins avancé, c’est pour le reste de la famille, quoi que, il y a une progression quand même. Je suis la seule à utiliser un shampoo que je fais moi-même et de même pour le dentifrice, cependant ma petite sœur c’est mise à faire elle-même ses masques avec de l’huile de coco et ma petite maman ce démaquille avec de l’huile de coco également et s'hydrate avec des huiles végétales.


4. Les placards/La chambre
Concernant ma chambre ou les placards, j’essaye d’avoir au maximum une démarche minimaliste, c’est-à-dire que j’ai uniquement ce dont j’ai besoin. Quelques tee-shirts, plusieurs pulls et quelques jeans/leggings qui vont avec toute ma « garde-robe ». J’ai toujours eu très peu de vêtements parce que les magasins et moi ont fait douze milles ^^ Tout comme les chaussures, j’ai peu de paires mais elles sont très confortables et je les aime beaucoup. Cet été j’ai fait un peu de ménage pour essayer la méthode « KonMari » qui m’a permis d’enlever encore des choses que je n’utilisais jamais et que je n’aimai pas. Du coup elles sont mises de côté pour être vendues ou données.


5. Quand on est en vadrouille
Quand on est hors de la maison ça devient un peu plus compliqué. Lorsqu’on est en sortie pour la journée on prévoit toujours notre pique-nique que l’on a préparé à l’avance. Ici c’est plutôt top, on a toujours fait ça et ça nous permet de bien manger. J’ai pris l’habitude de me balader toujours avec ma propre bouteille d’eau, soit mon thermos en inox, soit ma bouteille tuptup, mais toujours quelque chose de réutilisable. Concernant la famille, ce sont encore de grands adeptes de la bouteille d’eau jetable, mais bon, chaque chose en son temps.


6. Les produits d’entretien
o Ici on a également avancé, tous nos produits pour nettoyer l’intérieur des WC sont terminés et éradiqués ! On a conservé les emballages des derniers pour que l’application du produit soit plus facile. Cependant, il nous reste encore pas mal de lingettes désinfectantes (maman y est très attachée), quelques petites boites de pshit pour sentir bon ou encore quelques petits diffuseurs, mais une fois qu’ils sont finis, on n’en rachète plus !

o Concernant le sol, il nous reste encore un nombre incalculable de produits achetés en lot … Du coup quand ils sont finis, hop on passera vers quelque chose de plus naturel, mais le temps de tous les finir on en a facilement pour quelques temps.

o Le linge est presque au même stade que le sol, on a tellement de bidons qu’on n’est pas près d’en venir à bout dans l’année, mais leur jour viendra a eux aussi. En attendant on cherche des recettes pour la lessive.

o Concernant le nettoyage des douches, on a notre petit pshit depuis quelques années maintenant dont on est très satisfaits. (Il ne reste plus qu’à le démocratiser dans la cuisine ^^)

o Mais par contre, il nous reste toujours cette étagère reeeemplie de produits en tout genre gardés en stocks, il y a que maman qui sait ou c’est ou alors ce que c’est, et ça, j’aimerai bien que ça change, sauf que ce stock il va falloir l’écouler avant … En plus, la dernière fois qu’on est allé voir de la famille en Allemagne, on est revenu avec une quantité de produits pour les mains, pour la vaisselle … avec plein de nouvelles senteurs et à prix mini. Je vous jure, quand je passe devant cette étagère je suis dégoutée, comment on peut en arriver là. Et je ne blâme personne parce qu’il y a quelques temps j’étais très heureuse de voir toutes ses choses, cet immense choix ! Mais là ce n’est plus possible d’en être à ce point.


7. Le tri
o Concernant notre poubelle jaune, là on est bien. Déjà on n’a qu’une poubelle jaune par semaine pour quatre alors que nos voisins en ont cinq pour deux … De ce côté-là on ne s’en sort pas trop mal, mais ce n’est pas encore ça. Dans notre poubelle, on retrouve surtout des emballages de produits comestibles : viande, poisson, fromage …

o Concernant la poubelle ménagère, ici aussi elle est petite, mais ce n’est pas encore assez à mon goût. On a un petit bac dans la cuisine que l’on descend tous les trois jours pour les mettre dans la grande à l’extérieur. En ce qui concerne le gaspillage alimentaire, on n’en a jamais ou alors c’est vraiment très rare, et ça, c’est une chose dont je suis fière ! Mais on y met tout ce qui n’est pas recyclable. On a l’immense chance d’habiter dans un département test pour énormément de choses et le recyclage en fait partie, du coup on peut a peut près tout mettre à la poubelle jaune, mais il reste encore quelques exceptions.

o On recycle également le verre dans les conteneurs prévus à cet effet et le papier dans le conteneur juste à côté. Il y a très peu on a découvert celui du papier, du coup maintenant on a un bac au garage pour le verre et à côté un pour le papier et les prospectus, comme ça, hop ! on dépose les deux en même temps quand ils sont pleins.


8. Recycler
o Ici également c’est un point qu’on fait depuis plusieurs années. On a la manie de tout garder … Ce qui est ma foi très problématique, mais du coup ça nous permet de recycler énormément de choses pour leur donner une seconde vie. Dernier exemple en date, un vieux tee-shirt qui c’est transformé en plein de petites chiffes pour le ménage. On réutilise également les verres de moutarde pour nous faire des verres, certains contenant pour mettre nos produits faits maison dedans …

o Dès que quelque chose est cassé on essaye d’abord de le retapé avant d’essayer d’en acheter un, même si des fois, j’avoue on n’essaye pas alors qu’on pourrait.

o On essaye également de toujours donner une seconde vie à un produit quand il est encore en état, on essaye de le donner à des amis ou de le vendre si jamais les proches n’en n’ont pas la nécessité. Comme ça, il continue sa petite vie et ne prend plus de place dans notre maison.


9. Refuser
o Ici on est sur un exercice compliqué, vous imaginez une famille qui garde tout ? Alors imaginez une famille qui garde tous les petits trucs inutiles : les échantillons (on en a une boite complète dont on ne ce sert jamais), les petits prospectus (parce que sur le coup on ne sait jamais, ça pourrait nous servir) …

o Dans la rue j’ai pris l’habitude de refuser ce que les gens donnent parce que ça ne m’intéresse souvent pas ou alors je vais directement me renseigner sur le site. En ce qui concerne les publicités, je rêve qu’on est un stop pub à la maison, mais ma mère ne veut pas, parce que des fois il y en a qui l’intéresse … Je trouve que c’est un peu comme les mails de promotions, tu n’en n’a pas besoin, mais vu que c’est en promo tu vas te poser la question, voir même acheter le produit, alors qu’avant de lire la publicité tu n’en n’avais pas besoin. Mais bon, je ne lui en veux pas. On prendra le temps qu’il faut, et j’espère qu’un matin elle se réveillera en réalisant que ce n’est pas quelque chose qui lui sert, et que si elle veut voir les nouveautés en question elle peut aller voir sur le site du magasin.


10. Bibliothèque
Concernant les livres mais aussi les disques ou les DVD, depuis plusieurs années maintenant on est inscrits à la médiathèque près de chez nous et on y empreinte tous ce qu’on veut. Il y a quelques années je rêvais des grandes bibliothèques magnifiques (types château), et j’en rêve encore, une pièce dédiée … Mais beaucoup des livres qu’on lit, ne sont lu qu’une seule fois, alors ils prennent la poussière dans la maison. Du coup avec la médiathèque on a un choix immense et on ne paye trois fois rien, faites le calcul à quel point c’est rapidement rentabilisé. Si on veut absolument un livre, on le réserve sur le site et s’ils ne l’ont pas on peut leur suggérer l’idée et la plus part du temps ils acceptent. Ils ont même beaucoup de nouveauté concernant les films, ce qui nous permet de voir un film récent en famille et pas uniquement des vieux films …
Je rêve d'une bricothèque, d'une jardithèque et d'une ludothèque à proximité !



L'EVOLUTION

1. La petite épicerie en vrac et les fruits et légumes des maraîchers à proximité
o Voulant nous tourner vers un marché plus local et plus bio, on a décidé de chercher les petits producteurs autour de nous. Facile me direz-vous, on est en campagne, et bien la tache c’est révélé plus compliquée. On a réussi à trouver deux maraîchers pas trop loin, mais malheureusement ils ne font que des paniers. Pour des questions de pratiques on préfère pouvoir choisir la quantité de légumes puisque le weekend nous sommes plus nombreux que le reste de la semaine par exemple. Du coup les recherches ce sont compliquées un peu. On a un marché pas trop loin mais il est vraiment hors de prix et même pas local donc ce n’est pas la peine. On a donc trouvé une petite épicerie qui vend du vrac et des produits locaux pas trop loin mais comment dire … L’accueil a été une catastrophe. On est allés voir avec ma petite maman, on c’est fait dévisagées comme des folles tout le temps et en plus il n’y avait quasiment rien … J’avais tellement d’espoir dans cette petite épicerie que là c’était trop la déception. Du coup on en a essayé une autre qui c’est avéré bien mieux, même si quand on est arrivés ils ne restaient plus beaucoup de produits. 

o Au début ma petite maman n’était pas très chaude pour acheter des produits plus locaux parce qu’ils sont plus cher. Il y a moins d’intermédiaires mais ils sont plus onéreux … Comment vous dire que ces produits là on les paye au moins à leur juste valeur. Il y a aussi pas mal de gens qui veulent se faire le plus d’argent sur votre dos, alors ça prend du temps de trouver les bonnes personnes. Mais on a une motivation de fou. On a goûté des tomates qui ont le vrai gout de tomates. On essaye tant bien que mal de faire pousser les nôtres dans le jardin mais ce n’est pas encore ça. Cependant les tomates qu’on a goûté on le gout de celle de mon grand-père, avec une chaire à tomber à la ramasse. On a également mangé des haricots divins … Tellement de bons goûts que lorsqu’il a fallut retourner aux produits de super marchés on y allait à contre cœur. C’est à ce moment qu’on c’est dit qu’il fallait que ça change, que ce n’était pas normal. Alors certes les produits locaux, de saison, fait avec amour par des petits producteurs qui sont nos voisins sont un peu plus cher, mais on se régale tellement ! Et puis une tomate de là-bas fait deux pars, elle est beaucoup plus grosse et charnue que les autres. Franchement, juste une fois, essayez-les, regardez comme on les savoure, comme on se régales, ça nous a convaincu de passer de l’énergie à chercher des petits producteurs.

o J’aimerai bein qu’on trouve également du beurre, de la crème fraiche, du lait chez nos producteurs locaux. Je suis sur une piste alors je cherche. Parce que si on peut y aller avec nos tuptups ce serait le top ! En revanche, je ne sais pas si le lait demi-écrémé ce sera facile à trouver …


2. La cuisine
o En regardant dans nos poubelles, on a pu constater que l’on était de grands consommateurs de yaourts. Du coup, on a essayé de faire nos yaourts nous-même, d’abord sans yaourtière, ce qui a donné de nombreux échecs, et ensuite on a investi dans une yaourtière qui nous régale ! Du coup maintenant on n’a plus de déchets de pots de yaourt puisqu’ils sont en verre et qu’ils sont réutilisés à chaque fois. Cependant il nous reste encore le déchet du premier yaourt de la série (les essais avec les ferments lactiques ne sont pas encore une réussite, mais on progresse), et la bouteille de lait. A quand les bouteilles en verre consignables ? Mon rêve !

o Ensuite, il y a un déchet qui personnellement m’énerve beaucoup : le papier du pain ! Du coup, je me suis mise à faire du pain maison. Je suis encore en train d’améliorer la recette mais il ce défend plutôt bien (en plus avec de la farine qu’on a acheté au moulin du coin, du coup elle est locale et à tomber par terre 😉). Et sinon parce qu’on n’a pas toujours le temps de préparer du pain ou qu’on a tout simplement envie d’une bonne baguette, quand c’est moi qui suis chargée de la mission je prends notre sac à pain (oui oui, à la maison les baguettes vont direct dans le sac à pain, le papier ne nous sert vraiment à rien) et je demande sans le papier comme une grande. Je vous jure, quand je fais ça, je me sens tellement bien ! J’ai l’impression qu’on vient de m’offrir un cadeau. Bon je vous avoue que la boulangère m’a un peu dévisagée au début mais elle a tout de suite accepté. Un petit conseil d’ailleurs, demandez sans le papier au lieu de demander sans le déchet, ça passe tout de suite mieux 😊

o Depuis que je suis rentrée au bercail, j’ai du coup une cuisine digne de ce nom ! Donc là je me régale : cookies, madeleines, roses des sables, biscuits, gâteaux … Premièrement c’est super bon, et en plus c’est fait maison avec amour donc c’est encore meilleur ! Mais en plus c’est sans emballage (il faut juste avoir les ingrédients en vrac) !

o En ce qui concerne l’eau pétillante ou les sodas, à la maison on consomme peux de sodas mais on a un fan d’eau pétillante. Depuis plusieurs année Sodi (aka Soda Stream) nous rend de gros services, parce que déjà on n’a plus de pacs d’eau pétillante (juste pour les déplacements mais on pourrait prendre la bouteille de Sodi) et qu’en plus on n’a plus de déchets puisque la bouteille de gaz est consignables (et du coup ça nous coute moins cher).

o Dernièrement je suis allée chercher de la viande avec mon petit tuptup chez notre boucher (qui au passage fait une viande à tomber par terre, rien à voir avec celle de grande surface). Et il l’a pris sans problème, comme la boulangère il a bloqué un peu au début, mais c’est passé tout seul ^^ Et hop ! Un emballage en moins ! Et encore une fois, j’étais une vraie enfant trop fière de moi 😊 Ce n’est qu’une petite avancée mais je la savoure, parce que maman n’aime pas trop que j’apporte mon tuptup, elle est encore un peu réticente, mais je sais que ça va venir avec le temps. Je pense que pour la viande ça va être un tout petit peu plus simple que le poisson, mais je ne perds pas espoir !

o Et alors là, je vous présente notre plus grand ami : le composte ! Depuis des années on voulait un composte mais on ne trouvait jamais celui qu’on voulait, et puis finalement on l’a trouvé il y a quelques temps. Bon il est en plastique, maintenant j’aurai préféré qu’il soit en bois, mais ce n’est pas grave, je l’aime quand même ! Depuis qu’il est arrivé dans le jardin, on le nourrit comme un membre a part entière de la famille. Il a le droit à tous nos déchets compostables. On a récupéré une petite poubelle de table qu’on lui a dédié, comme ça, les déchets vont directement dedans et hop ! on les lui donne. Et alors je peux vous dire que c’est le meilleur truc qui existe, on peut y mettre tellement de choses ! Dans notre poubelle ménagère il ne reste plus grand-chose et ça fait plaisir ! Avec ma sœur on le nourrit avec tellement de passion que nos parents nous prennent pour des folles, mais ça y est, il fait partie intégrante de la famille. On prend tellement de plaisir à le retourné, à le chouchouter, à lui donner quelques déchets secs quand il est trop humide … De vrai mômes, mais que voulez-vous, ça nous rend heureuses, c’est l’essentiel !


3. La salle de bain
En ce qui concerne la salle de bain, je suis passée au début de l’été aux cotons lavables. J’utilisais déjà de l’huile de coco pour me démaquiller, mais pour l’enlever je trouvais que les cotons étaient bien pratiques. Mais alors cette nouvelle acquisition, je l’aime de trop ! J’aurai pu faire les miens en récupérant des vieux tissus, mais j’ai les yeux assez sensibles, et ceux là sont d’une douceur incroyable ! En plus ils ont deux faces, une pour l’eau et une pour les huiles, mais je compte vous en reparler très bientôt !



Voili voilou, je pense que j’ai fait un bon tour de la situation. Je suis sure d’avoir oublié des choses, mais cet article est déjà bien assez long comme ça. Sur ceux, j’espère que pour le prochain bilan j’aurai bien avancé dans cette démarche. J’espère aussi vous avoir motivé à vous lancer, et n’oubliez pas il ne faut pas ce stresser ni ce mettre la pression, chacun avance à son rythme, et chaque action, même si elle est toute petite c’est déjà ça !

Et n’oubliez pas, prenez grand soin de vous-même et profitez de vos proches, la vie est précieuse. Profitons ensembles des petits bonheur du quotidien !

Démon suivi de Sang-Mêlé - Jennifer L. Armentrout

4 septembre 2019

Titre : Démon suivi de Sang-mêlé 
Auteur : Jennifer L. Armentrout
Traducteur : Paola Appelius
Saga : Covenant 
Éditeur : J’ai Lu 
Collection : Inédit 
Nombre de pages : 477 
Format | Prix | : Poche | 13,00€ | Ebook | 4,99 € | 
Disponible ici : AmazonFnac 

Résumé : 

Sur une île au large de la Caroline du Nord vivent les hematoï, des individus au sang pur et aux pouvoirs divins capables de maîtriser les quatre éléments. Ceux dont la lignée a connu un métissage sont contraints de choisir leur destin : intégrer le corps des Sentinelles du Covenant pour chasser les démons, leurs ennemis originels, ou être réduits à la servitude. De retour depuis peu au Covenant pour des raisons qui lui appartiennent, Alexandria n'a pas le choix : fille d'une hématoï et d'un simple mortel, elle se doit de réussir l'examen lui permettant de devenir Sentinelle. L'institution applique une discipline de fer, et les relations entre sang-pur et sang-mêlé sont formellement interdites, sous peine d'exclusion, ou pire. Une règle qui pourrait être simple si Aiden, un sang-pur aux yeux couleur d'orage qu'Alex convoite depuis toujours, n'avait pas été désigné comme son entraîneur personnel... 





love emoji balloons
Wow wow wow, alors là, je n’étais pas prête. Vous avez déjà du entendre parler de Covenant, il a fait beaucoup parler de lui l’année passée. A ce moment-là, il ne me tentait pas trop, mais quelques temps après je l’avais ajouté sur ma liseuse, dans l’espoir de le lire un jour ou l’autre. Dernièrement, j’avais eu envie de le lire pour finalement me tourner vers une autre lecture. Et puis fin Août, je me suis décidée, j’allais commencer ce premier tome de Covenant. Non sans mal au début, je me demandais même pourquoi tout le monde l’aimais tant ! Et c’est une fois que l’histoire à commencer que j’ai compris. A partir de ce moment je ne l’ai plus quittée et cette histoire a été une très belle révélation ainsi qu’un incroyable cour de cœur ! 


Alors mes petits mortels, laissez-vous guidez vers le Covenant. 


Pour commencer, Démon suivi de Sang-mêlé, m’a fait penser au titre d’un livre que j’avais vu en cours et qui ne m’avais pas du tout mais alors pas du tout intéressé. Ce premier tome commence donc par une nouvelle qui si je ne dis pas de bêtise a été édité séparément dans la version originale. Pour vous dire quelques mots sur cette nouvelle, je ne l’ai pas vraiment aimée, j’ai eu beaucoup beaucoup de mal à entrer dans l’univers (même si elle est relativement courte). Cependant, je trouve qu’elle a toute sa place avant ce premier tome. A titre personnel, je pense que si elle avait été séparée je n’aurai pas trouvé d’utilité de la lire, je trouve que les éditions J’ai lu on fait ici un très bon choix. En parlant de très bon choix, cette couverture, on en parle deux petites secondes ? Elle est tellement magnifique ! Je crois que c’est la chose qui m’a le plus attiré avant de commencer cette lecture. Elle est divine ! 

Quant au résumé, que ce soit avant ou après ma lecture, il ne me plait pas trop. Certes il décrit très bien sans en dévoiler trop, mais je trouve qu’il n’a pas assez aiguillé ma curiosité. Je le trouve trop distant par rapport à l’histoire alors qu’elle est si immersive. 

En ce qui concerne l’histoire, les intrigues et les rebondissements, préparez-vous à un feu d’artifice ! Pour l’instant cette histoire ne ressemble à aucune autre que j’ai pu lire. Pleine de rebondissement, l’auteure ne perd pas une seconde, besoin de respirer ? Il va falloir s’entrainer plus ! Il se passe tellement de choses que c’était impossible de m’en décrocher. Alors que ce n’était pas gagné. Au début, quand j’ai vu qu’il y avait près de 500 pages … Comment vous dire que je pensais y passer un mois si ce n’est deux. Mais alors pas du tout ! Cette histoire m’a tenue éveillée. En quelques jours je l’avais déjà terminé. C’est un sentiment que je n’ai pas eu depuis quelques temps, je crois que la dernière saga qui m’a fait cet effet-là, à ce point c’était Les Etoiles de Noss Head, et Dieu sait à quel point j’aime cette saga. L’été où je lisais cette saga je vivais en décalé pour lire un tome par jour (ou plutôt par nuit ^^). Si vous me demandez s’il y a une prise de risque, je vous dirai sans aucune hésitation oui, une immense, mais je préfère vous laisser le bonheur de la découvrir sans vous faire spoiler. 


Concernant l’univers, l’auteure nous propose quelque chose entre celui qu’on connait et celui qu’elle a créé pour le Covenant. Ce que j’apprécie énormément car ça lui permet de faire des clins d’œil et des références à « notre monde » tout au long du récit. Cependant les personnages évoluent majoritairement dans un univers qui leur est propre. Jennifer L. Armentrout nous immerge au cœur du Covenant sans nous ensevelir de détails, juste assez, par petite touches tout au long de l’histoire. Ce qui est très agréable. Elle a réussi à monter de toutes pièces un univers riche qui semble presque réel étant donné sa cohérence et sa crédibilité. Entre nous, qui ne s’est jamais imaginé suivre des cours au Covenant ? Personnellement je m’y projette très bien. Certains attendent une lettre de Poudlard, celle du Covenant me ferai tout aussi plaisir ! 


Maintenant passons à ma partie préférée, mon plus gros coup de cœur de cette histoire : les personnages. Alors là, il y a du lourd. Tout d’abord notre chère Alex, l’héroïne de l’histoire. Je l’ai beaucoup aimé parce qu’il est facile de s’identifier à elle, âgée de 17 ans, elle est confrontée dès le début du roman à des situations qui sont loin d’être évidentes. Ce que j’ai beaucoup aimé chez elle, c’est qu’elle reste humble, même si de son jeune âge elle a déjà réalisé certaines prouesses elle est loin de se venter. Elle a également un fort caractère, ne se laisse pas marcher sur les pieds, dit tout haut tout ce qui lui passe par la tête, ne réfléchis pas aux conséquences de ses actes, elle est impulsive … mais tellement attachante ! Certains diraient plutôt attachiante même ^^ C’est ce qui fait tout son charme. Croyez-moi, elle vaut le détour pour tous les moments où elle m’a fait rire avec sa spontanéité.
Ensuite il y a Aiden … Aiden, Aiden, Aiden … Je crois sincèrement qu’il a pris une partie de mon cœur en otage. Il est si … Je n’ai pas de mots pour ne pas sembler gaga. Ça semble tellement cliché, l’élève qui est attirée par son entraîneur qui est parfait sous tous rapports et tellement différents des autres, mais une fois qu’on connaît Aiden, croyez-moi, il n’y a plus rien de cliché.
Mais il y a également Seth, qui pour le coup est un cliché sur pattes qu’Alex s’amuse bien à charrier. Au tout début je ne l’aimais pas trop et finalement, avec le temps, je l’apprécie de plus en plus.
Et là, normalement, vous commencez à sentir le triangle amoureux, et bien j’ai la joie de vous informer que non ! Pour mon plus grand plaisir, parce qu’entre nous, les triangles amoureux c’est le truc que je déteste le plus ! J’ai vraiment horreur de ça. Je l’ai senti tout de suite venir, j’avais déjà choisi mon camp. L’auteure a pris le temps de me faire connaitre les personnages, de jouer avec les clichés et le triangle pour ne pas en faire un du tout et nous mener là où elle le souhaitait.
Il y a aussi Caleb dont je ne vous ai pas parlé, ou Marcus, ou encore Lucien (que je ne peux pas voir en peinture), ou bien Léa … Jennifer L. Armentrout a su créer tout un tas de personnages tous aussi crédibles les uns que les autres, qu’ils soient principaux ou secondaires elle ne les a pas oubliés et les a correctement construits. Au fil du récit on apprend des petits détails sur eux, sur leurs vies, qui les rendent encore plus réalistes. L’auteure véhicule une image de femme forte grâce à Alex, mais qui est loin d’être parfaite, qui a ses faiblesses et ses doutes. Tout ça pour vous dire que ce sont des personnages justes fous, qu'ils sont vraiment géniaux et qu'ils donnent tellement envie de poursuivre sa lecture pour savoir ce qui va leur arriver et où vont-ils nous mener ? 


Venons maintenant à une partie que j’affectionne tout particulièrement : la plume de l’auteure et les messages qu’elle fait passer. Il s’agit de ma première lecture de cette auteure et je dois vous avouer que je ne suis absolument pas déçue ! La découverte de la plume a été un pur bonheur. J’aime beaucoup sa façon d’écrire les choses, de les décrire mais également d’aborder les problèmes. J’aime également la façon dont elle a structure son récit, il n’en ait que plus addictif et prenant. Mais également sa façon de faire passer des messages (qui ne sont pas des moindres). Elle va aborder la ségrégation entre les sang-pur et les sang-mêlé, l’esclavage, les parents (également leurs erreurs/comportements), les interdits, le destin ... Ce que j’apprécie également c'est qu'aucun thème ne prend le dessus sur la trame de l'histoire ou sur un autre message, ils sont là uniquement pour compléter les autres.
Bitmoji Image




Alors qu’est-ce que j’en pense ? Honnêtement et sans aucune hésitation : Foncez ! Cette lecture a été juste folle ! Elle est addictive, prenante, les personnages sont attachants, la plume de l’auteure est fluide et a un goût de reviens-y. Les pages ce sont tournées à une vitesse folle, et je n’attends qu’une chose : me lancer dans le tome 2 pour connaitre la suite de leurs aventures.

Maybe Not - Colleen Hoover

24 août 2019


Titre : Maybe Not 
Auteur : Colleen Hoover 
Saga : Maybe 
Éditeur : Hugo Roman 
Collection : New Romance 
Nombre de pages : 161 
Format | Prix | : Broché | 9,50€ | Poche | 6,20€ |Ebook | 6,99€ | 
Disponible ici : Amazon | Fnac
Ce livre est un tome 1.5, le résumé ainsi que la chronique peuvent potentiellement vous spoiler le tome 1.