Menu

Journal de Bord - Jour 4 : Avec des yeux d'enfants

21 septembre 2021


Aujourd'hui, nous sommes le Mardi 21 Septembre 2021, il est 9h47 et je vais vous raconter la journée de Vendredi 17 Septembre 2021, mon quatrième jour de voyage.

Sous les conseils des personnes chez qui je loge, cette première journée de visite sera bien remplie : Crémieu et les Grottes sont au programmes. Je dois également rentrer pas trop tard et manger tôt pour être à l'heure à une réunion en ligne qui est à 19h ...

Le matin je me réveille dans cette magnifique chambre de princesse, j'ai encore beaucoup de mal à réaliser ce qu'il ce passe. Je me prépare tranquillement et pars direction Crémieu. Sur la route, je croise des panneaux direction Larina, ils m'intrigues vraiment, si j'ai le temps, j'y repasserai.

Une fois arrivée à Crémieu, je me promène dans la ville en attendant que l'office de tourisme ouvre pour avoir quelques indications sur les choses à visiter ou à voir. La ville est vraiment chouette, l'ancienne architecture vaut le détour. Je marche où le vent me porte, visite et lis les indications sur les murs. Un fois l'office du tourisme ouvert, je récupère mes précieuses cartes dont je ne pourrai me passer toute la semaine. L'une répertorie tous les producteurs locaux avec les jours de marché, ce qui est une excellente idée ! L'autre est le plan du petit bout de pays où je me trouve, avec tous les endroits à visiter, les beaux points de vue, les villes à voir ... Et croyez moi, cette deuxième carte est plutôt bien remplie.
Je continue de me promener dans les rues de Crémieu, je prends de la hauteur pour admirer de merveilleux points de vue. Certes ce n'est pas encore la montagne mais ce joli pays est bien vallonné.





Une fois la visite de Crémieu finie, je décide de m'arrêter à Larina, un cite de ruines qui offre lui aussi un très beau point de vue. J'ai un peu de temps avant de rentrer manger, les grottes n'ouvrent pas avant 13h, c'est impeccable. Après un peu de voiture et quelques minutes de marches, je découvre un cite magnifique. Je ne pensais pas passer beaucoup de temps à lire les panneaux d'indications, mais ils sont vraiment très bien fait et j'y ai pris goût ! Me voilà à lire chaque ligne avec la plus grande concentration. Je pense, ne jamais avoir vu de panneaux aussi bien rempli, avec des mots simple et des jeux pour les enfants, de toutes les visites que j'ai pu faire.
Le temps passe sans que je m'en rende compte. Je rencontre un couple de retraités en camping-car, très sympathiques. Le monsieur était responsable de Laboratoire, coïncidence qui m'a fait beaucoup sourire.



Le temps passe et je rentre tranquillement au gîte pour manger. Une fois pausée, j'ai le coup de barre du siècle, et la sieste me guette.




Je pars à pieds, direction les grottes avant qu'elles ne fermes. Elles sont magnifiques ! J'ai vraiment pris goût à les visiter, l'endroit est incroyable et très inspirant, malheureusement je n'ai toujours pas d'idées d'histoire à écrire. Je me promène, m'amuse beaucoup dans le labyrinthe. Cette journée à totalement réveillé l'enfant qui était en moi. Entre Larina et les grottes, c'était vraiment bien. Sur le chemin du retour je trouve une petite boutique, un marché local qui fait aussi restaurant, où le propriétaire est passionné de ce qu'il fait. Chaque produit est local, des producteurs à moins de 30km. Le marché est ouvert presque tous les jours et ce sont des petits rayons de soleil.





Me voilà rentrée, après une bonne journée de marche, des merveilles plein les yeux. Je commence à regarder quelle sera ma prochaine destination, j'ai envie de monter un peu plus dans la montagne.

Je vous retrouve très vite pour un prochain Journal de Bord, j'espère qu'ils vous plaisent. N'oubliez pas d'ouvrir grand vos yeux pour admirer les merveilles que nous offre mère nature.

Journal de Bord - Jour 3 : La vie de princesse

20 septembre 2021


Aujourd'hui, nous sommes toujours le Lundi 20 Septembre, il est 15h51 et je m'apprête à vous parler de ma troisième journée de voyage qui n'est d'autre que le Jeudi 16 Septembre 2021. Oui oui, il s'agit là d'une journée plus calme, plutôt productive et créative alors j'en profite.

L'objectif de ce troisième jour de voyage était de regagner l'autre côté de la France pour enfin commencer ce périple. Avant de partir, j'ai choisi un peu au hasard une destination, qui je ne sais pas trop pourquoi me plaisait bien, alors j'ai cherché un logement et let's go ! Ce que je voulais c'était un paysage différent de celui que je connais, une culture aussi différente et pas trop de touristes. Mon choix c'est donc porté sur le haut Dauphiné et comment vous dire que je ne regrette pas du tout ce choix !

Je pensais partir vers 10h pour très tranquillement faire mes quelques heures de routes, par les petites routes évidement, mais étant prête en avance et n'appréciant pas particulièrement l'endroit où j'étais, j'ai chargé ma BatMobile et c'était parti pour la grande aventure. Le centre de la France, c'était sympathique mais ce n'était absolument pas ce que je cherchais, puisque malgré les kilomètres parcourus, le paysage restait visiblement le même. Sur la route, je n'avais qu'une crainte, que ma prochaine destination soit similaire et ne me plaise pas vraiment, j'avais également peur de tomber sur un logement où je ne me sentais pas à l'aise comme celui que je venais de quitter.
Les kilomètres défilent ... le paysage reste similaire, ce qui ne me rassure pas vraiment. Au bout de quelques heures de routes, je m'approche de Macon, et là : l'espoir revient ! Le paysage change vraiment, ce n'est pas des montagnes mais il est beaucoup plus vallonné, il y a des sapins, des vaches en pâtures ... C'est à ce moment là que le grand soulagement arrive : le paysage me plait ! J'ai senti un poids s'enlever de ma poitrine, je commençais enfin à me sentir à ma place. Je n'avais plus l'impression d'être une proie (même si je suis toujours super prudente et que je ne m'arrête pas n'importe ou ni trop longtemps).

Je me sens bien, au bon endroit et en accord avec moi même. Cette sensation est incroyable et je vous souhaite de la connaitre un jour.

J'arrive un peu (beaucoup) en avance au gîte du coup j'en profite pour appeler mes proches, me promener, découvrir les environs ... C'est magnifique ! Cet endroit est incroyable, j'ai l'impression qu'il y a une faille dans l'espace temps et que je viens d'y pénétrer. Ce que je commence à découvrir est tout simplement incroyable.
Vient le moment de découvrir les personnes du gîte, j'avais quelques craintes, peur que ces personnes soient bizarres, peur de ne pas me sentir à bien chez eux, peur tout simplement de ne pas savoir sur qui j'allais tomber. Pour mon plus grand bonheur c'est tout l'inverse qui c'est passé, j'ai été accueillie par Catherine et son mari qui sont deux personnes merveilleuses. Elle m'a présenté la chambre dans laquelle j'allais dormir et là, quelle merveille j'ai découvert ! Cette chambre est somptueuse !! Une véritable chambre de princesse ! Très simple mais tellement dans le thème. Depuis des années je rêve de vivre dans un manoir (même si avec mon côté minimaliste ça ne conviendrait malheureusement pas), une belle maison avec un cachet ancien juste incroyable, et là, par un total hasard c'était totalement ça ! J'étais en train de vivre un rêve éveillé.
La première chose que j'ai perçu en entrant dans cette pièce, c'est l'inspiration qu'elle dégage. Je ne saurais l'expliquer, mais dès mon entrée ici c'était mon sentiment. J'ai même dit à ma Maman que ça me donnait envie d'écrire un livre, le problème c'est que je n'ai pas l'histoire ^^ Je suis actuellement en train d'écrire cet article depuis le bureau de ma chambre juste somptueux.

Bref, tout ça pour vous dire que je suis arrivée dans un cocon, bordé d'histoire, et j'ai une gratitude incroyable d'avoir eu la chance de vivre dans ce lieu et d'avoir rencontré ses habitants. Toutes mes inquiétudes ce sont envolées assez rapidement.

Me voilà arrivée à La Balme Les Grottes, pour une semaine, calme, sereine et absolument détendue.

Les premiers jours ont été compliqués, mais je ne regrette absolument pas cette nouvelle page qui ce tourne.

Prenez bien soin de vous, n'oubliez pas que réaliser ces rêves c'est souvent difficile, mais ils en valent le coup.

Journal de Bord - Jour 2 : Issoudun


Nous sommes le Lundi 20 Septembre, il est 14h16 et je vais vous compter la journée de Mercredi, mon deuxième jour de voyage.


Ce matin là, je me réveille, seule et loin de tous ceux que j'aime. Je vous mentirai si je vous disais que tout allais bien, mais ce n'était pas le cas. C'était ma première nuit loin de chez moi, je n'avais pas vraiment confiance. Je ne réalisais pas encore vraiment ce qu'il était en train de ce passer. Je m'étais trouvé une chambre chez une famille, rien de très inquiétant, mais je ne me sentais pas vraiment en sécurité. Je pense aujourd'hui que l'endroit a eu son importance mais surtout le fait de me retrouver enfin toute seule avec uniquement mes affaires dans ma petite voiture. J'avais un peu de mal à perdre de vue mes affaires, je les gardais toujours près de moi et prête pour repartir. Sans vous mentir, manger c'était assez compliqué. Je ne me sentais pas particulièrement en confiance, alors me poser tranquillement pour manger devenais une épreuve. L'instinct animal et ici l'instinct de proie reprenait le dessus à une vitesse folle, je regardais la moindre chose, le moindre bruit, ma seule zone de confort était ma voiture. C'était assez étrange comme sensation, et ça faisait un moment que je ne l'avais pas ressenti. Prendre sa douche tranquillement et sereinement c'était compliqué aussi, alors que la porte était fermée et que personne n'était dans la maison. Ce sentiment de ne pas être chez soi/en sécurité a été très compliqué et honnêtement je ne pensais pas du tout le ressentir à ce point.

Je suis partie visiter la ville voisine et son architecture, tout d'abord pour faire deux ou trois courses et pour visiter un peu le patrimoine local. Je vous présente donc Issoudun qui était fort sympathique, même si je n'y suis pas restée longtemps.


J'ai abrégé ma visite matinale à cause de la pluie qui rendais impossible la visite à pied de la ville. Je me suis trouvée un coin calme, proche d'un parc où garer ma voiture, qui m'offrait une vision d'ensemble de l'extérieur et où il m'était facile de partir en cas de problème. L'instinct quand tu nous tiens ! C'est à ce moment que je vous ai écrit le précédent Journal de Bord, qui je l'espère vous aura plus. Ensuite la pluie c'est calmée et j'ai pu me promener un peu.


Ce sentiment de proie ne me lâchant pas, j'ai décidé de faire le plein de mon bolide et de rentrer manger, poster le premier JDB d'une longue série je l'espère et de me reposer parce que la fatigue commençait à montrer le bout de son nez, je ne pensais pas que cette aventure serait aussi émotionnellement compliquée.


On se retrouve très bientôt pour le prochain JDB et en attendant, prenez soin de vous.

Journal de Bord - Jour 1 : Le début d'un long voyage

15 septembre 2021


Tout d'abord, bonjours à tous ! J'espère que vous allez bien !
Je commence cet article par une phrase qui résume si bien ma situation actuelle :
Si un jour on m'avait dit que réaliser ses rêves ça faisait peur !


Aujourd'hui, nous sommes le mercredi 15 septembre, il est 11h19, il pleut des cordes du coup je me suis posée dans ma voiture et je vais vous raconter ma journée d'hier.
Hier, mardi 14 septembre 2021, je suis partie réaliser un rêve.

Un petit peu de contexte : Je n'avais jamais eu l'envie de voyager, et puis il y a deux ans, j'ai été contrainte de revenir vivre chez mes parents. Naïvement, je pensais qu'une fois que j'étais partie pour mes études je ne reviendrai plus jamais si ce n'est pour leur rendre visite. Et puis, je suis revenue pour l'été, deux mois maximum, j'allais changer de ville pour mes études et je devais rendre mon appartement. Deux mois de cohabitation ce sont transformés en deux ans. Deux ans c'est long, très long, même si les semaines passent vites. Le destin a décidé que cette année là je ne reprendrais pas mes études. Résultat des courses, me voilà revenu au bercail, cherchant du travail parce qu'il était hors de question de rester sans rien faire, et dans un endroit que je n'affectionne pas particulièrement.
Suite à ça, je ne vous apprendrais pas la venue de ce qu'on était loin d'imaginer : notre cher covid. Tout le monde était de retour à la maison, pendant un an et demi, nous avons vécu au rythme des confinements et déconfinements les uns avec les autres dans cet univers presque apocalyptique. C'est à ce moment là, véritablement que je me suis rendue compte que je ne pouvais pas être pleinement heureuse ici. D'un coup, une envie me prenant aux tripes est survenue, je dois partir ! Irlande, Ecosse, Suisse, Italie, Espagne, je voulais voyager. Moi, la petite Julie si casanière je ne voulais plus qu'une chose, vivre autrement.
J'ai eu la chance d'avoir trouvé un travail (un vrai, après une expérience de factrice plutôt ... rocambolesque) qui m'a permis de travailler pendant tous les confinements. J'ai tout a fait conscience de la chance que c'était, et j'en suis pleinement reconnaissante. J'ai prolongé mon contrat pour qu'il ai une durée de 18 mois. Le début de l'été arrivant, il fallait prendre une décision, mon contrat se terminait à la fin du mois d'Août, l'entreprise me proposait un CDI, est-ce que je voulais rester ?
En me questionnant de façon la plus sincère possible et sans le moindre jugement la réponse était claire : non !
Plusieurs questions ce sont posées : Est-ce que j'aime mon travail ? Non pas particulièrement, c'est toujours la même choses, par contre j'aime bien développer de nouvelles choses, améliorer les conditions de travail, le matériel ... L'entreprise me proposait aucune évolution possible, est-ce que j'en avais envie ? Non ! Certainement pas ! Il était déjà difficile de faire plus de deux jours consécutifs le même horaire, au bout d'un moment ça devient physiquement compliqué. De plus, je savais déjà très bien faire mon travail, ce que je cherche de mon côté c'est d'apprendre, de voir des choses différentes, de découvrir le monde en quelques sortes. Alors ça ne correspond pas à mes attentes. De plus je n'ai pas envie de travailler avec et pour des personnes qui ne respectent pas leurs employés. Oui, j'ai adoré travaillé là-bas, oui mes collègues étaient géniaux et je les adores. Oui c'est confortable d'avoir un CDI. Cependant, non je ne veux pas travailler pour des gens qui n'ont que faire des personnes qui travaillent pour eux. De plus, je voulais absolument changer de région, et non, juste voyager pendant les vacances n'aurait pas suffit pour mon désir de voyage. Donc dans tous les cas je ne pouvais pas rester là.
Au plus profond de moi je le savais, je devais partir. Alors j'ai pris mon courage à deux mains, annoncé ma décision à mes parents, mes collègues et mes employeurs. J'ai renoncer à la sécurité du CDI, d'avoir toujours du travail, de l'argent pour manger et avoir un toit sur la tête, de déjà connaitre mon travail et mes collègues, pour choisir ma tranquillité d'esprit, être en accord avec mes valeurs et mon dieu ce que ça fait du bien !
Cette décision n'a pas été facile à prendre, mais aujourd'hui je ne regrette pas, le moins du monde.


J'ai planifié le début de mon voyage, choisi une destination, en France pour commencer et être sûre de partir et let's go ! Choisir la destination a été une grande étape : mais où est-ce que j'ai envie de partir ? Sérieusement, quand les possibilités sont infinies le choix est compliqué, alors j'ai choisi la montagne. Destination reposante dont j'ai vraiment envie de m'imprégner. Une fois la destination choisie, il faut réserver le logement. Alors là, quel grand pas ! Choisir un endroit où je vais vivre, même quelques jours, ça me mettais dans tous mes états. Il y a une semaine environ, j'ai réservé un gite où je passerai une semaine pour découvrir un peu les environs. A ce moment, quel soulagement ! En fin, ça y est, les choses ce concrétisent !! En fin je pars !!
C'est à ce moment là que je me suis rendu compte à quel point ça me tenais à cœur.
J'ai ensuite réservé une chambre, à mi chemin, pour passer deux nuit. L'occasion rêvée de visiter rapidement les alentours avant de repartir. En ce qui concerne la route, je suis amatrices de petites routes, donc pour un si beau voyage et déconnecter un maximum j'ai fait une croix sur l'autoroute. Choix que je ne regrette pas du tout non plus ! La France est un pays incroyable avec des paysages si différents !


Hier, après avoir clôturé tous mes papiers, bouclé mes valises, je suis partie. Je suis partie, oui oui, ça y est, j'ai tout quitté. Dans mon petit bolide j'ai mis tout ce dont j'avais besoin pour une durée plus ou moins longue et advienne que pourra !
J'ai encore du mal à réaliser que j'ai tout quitté pour aller réaliser un rêve. Je laisse du temps au temps et profite de chaque moment que la vie m'offre. Après cinq heures de routes qui ce sont très bien passées, me voilà arrivée. En chargeant toutes les affaires et en partant c'est là que progressivement je me rends compte de ce que je suis en train de faire. J'ai dit au revoir à ma vie et m'apprête à en commencer une autre très différente.

J'ai tout quitté et très honnêtement, je ne pensais pas me sentir aussi bien ! Je ne sais pas où je vais dormir la semaine prochaine, mais tout vas bien, je me sens apaisée, alors je me dis que c'est probablement le bon chemin.

J'ai tout quitté pour savoir ce que j'aimais vraiment, pour me retrouver avec moi même. Je fais entièrement confiance à la vie pour mettre les bons obstacles sur mon chemin et me permettre de découvrir qu'elle est ma vie, la mienne. Pas celle que les autres veulent pour moi, pas celle que la société veux pour moi, mais celle que j'aime vraiment et qui me correspond.

Je vous souhaite de trouver la vie qui vous convient, votre vie sur-mesure.
Je vous emmène avec moi profiter de ce beau voyage et de cette expérience incroyable. Prenez bien soin de vous.

Boulimie livresque, ma consommation de livres

6 mai 2021

 


Nous sommes le dimanche 14 février, il est 17h45, je viens de répondre à mes messages simplement pro, sur le point de commencer ma Night Routine pour tranquillement aller m'endormir, l'inspiration est arrivée, sans prévenir. Alors me voici, je m'exécute, aujourd'hui j'ai envie de vous parler de ma consommation de livres. Comment m'est venu l'idée, tout simplement a force d'écrire que je n'avais plus envie de m'imposer le rythme que j'avais avant.

Quand j'ai recommencé à lire, j'étais en seconde. Je découvrais le monde incroyable de la littérature jeunesse, des dystopies, la blogo par la même occasion. Je ne sais pas vous, mais lorsque je découvre quelque chose de nouveau que j'aime bien, je suis comme un enfant le jour de Noël, j'ai envie de tout ouvrir, tout faire, tout regarder, tout essayer. J'ai découvert que les lectures pouvaient être addictives, captivantes, incroyables. J'étais lancée, impossible de m’arrêter, je découvrais la vie, un univers que je ne connaissais pas du tout. J'étais happée dans les univers, plongée dans mes lectures et le plus loin possible de la vrai vie. Plus je m'intéressais au sujet, plus je lisais, plus je découvrais plus j'avais envie de lire.
Un peu plus d'un an après j'ai commencé a avoir mes premiers partenaires, quelle chance ! Je me souviens encore de mon cœur, palpitant à toute allure lorsque j'ai reçu mon premier service presse. J'étais tellement fière que l'on apprécie mon travail, tous le temps et l'amour que j'y ai mis. Que des personnes demandent à ce que je lise leur livre, vous vous rendez compte ? Jamais je n'avais un jour pensé que ça puisse arriver. Et puis tout doucement j'ai commencé a avoir une liste de livre "à lire" de plus en plus grande, qui ne finissait pas de s'allonger, de services presses, de livres conseillés, de livres qui pour certains m'intéressaient plus ou moins et d'autres que j'avais hâte de découvrir. J'ai continuer à lire, de plus en plus vite, pour découvrir un maximum d'univers, d'histoires, de personnages. Je suis arrivée à un stade où je ne me souviens plus de l'histoire que j'ai lu deux semaines auparavant ... Dans cette folie du toujours plus, cette lecture boulimique, je lis énormément d'histoires, elles sont bien, mais ne me touchent pas. J'ai l'impression d'être dans un torrent, l'eau me touche mais file aussi vite.

Aujourd'hui nous sommes le 1er mai, il est près de 17h et je reprends l'écriture de cet article qui me tiens à cœur.

Voilà à quoi ressemblait la lecture, une échappatoire pour fermer les yeux sur ma vie. Au bout d'un moment, j'ai commencé à avoir de plus en plus de mal à trouver des histoires vraiment incroyables, elle étaient bien mais sans plus, la flamme s'éteint de jours en jours. Je lisais de moins en moins vite, je n'arrivais plus à me plonger dans les histoires, ma vie (la vraie) m'appelait. Difficile de faire le ménage en lisant un livre, j'ai essayer l'audio, très pratique, mais impossible de retrouver ce feu qui m'habitait.

C'est là que je me suis remise en question, est-ce que j'aime toujours lire ? Oui, concrètement et le plus sincèrement possible oui, mon cœur me le dit, évidement tu aimes lire, te plonger dans un univers, dans la vie d'un personnage, de ressentir ses émotions, mais c'est différent. Avant je n'appréciais pas la lecture à sa juste valeur, ou pas pour les bonnes raisons. Je lisais en premier lieu pour m'échapper du moment présent et ne pas affronter ce qu'il ce passe, la lecture était mon échappatoire. Je pense que l'imprégnation que j'avais dans chaque histoire était en grande partie due à ça. Une fois que je suis partie de chez mes parents, que j'ai changé de ville, changé de région et même changé de vie, je ne recherchais plus cet échappatoire, un petit a petit, j'ai perdu goût à la lecture. Avant, dès que j'avais cinq secondes, je sautais sur ma liseuse pour avancer un maximum. Si je faisais à manger, je trouvais le temps de lire pendant la cuisson, à chaque page ou deux pages, je retournais mon plat et le tour était joué. Aujourd'hui, et même il y a trois ans, je ne ressens plus du tout ce besoin compulsif. Et, tout doucement, j'ai diminué mon rythme de lecture, parfois en allant jusqu'à l'arrêt total, certaines fois en reprenant ...

Aujourd'hui je pense avoir trouvé un juste milieu. Je ne lis plus de manière compulsive pour surtout éviter de regarder le monde tel qu'il est, je lis, un peu, quand l'envie me chante, les livres qui me plaisent, si j'ai envie d'arrêter ma lecture parce que je m'ennui, aucun soucis, si j'ai envie de reprendre pas de problèmes non plus. Ces derniers temps je lis des livres qui m'apprennent des choses, sur des thèmes précis, sur les expressions par exemple, ou sur la productivité. Mais, j'ai découvert un monde extraordinaire, le plaisir de la relecture, à certains moments, je ne peux m'empêcher de relire certaines histoires (majoritairement quand j'en parle avec des amis), retourner dans cette immersion totale, là où plus rien n'a de prise et retrouver cette imprégnation de l'histoire que je ressentais.

J'ai réussi, et je suis super fière de le dire, j'ai trouvé un juste milieu qui me convient. J'arrive à jongler, en fonction de mes envies et c'est tellement agréable. La lecture n'est plus une échappatoire mais un réel moment de plaisir, j'ai appris, avec le temps, à savourer chaque page, prendre le temps de lire chaque ligne pour apprécier le moment à sa juste valeur.

Aujourd'hui, nous sommes le samedi 1er mai, il est 18h19 et je viens de terminer d'écrire cet article. Je me sens libérée d'un poids sur le cœur, comme si écrire cet article tourne une nouvelle page dans ma vie de lectrice. Il ne me reste plus qu'à trouver la photo d'illustration de l'article et je compte bien vous poster tout ça dans la foulée.
Héhé, nous sommes toujours le 1er mai, j'ai trouvé une photo qui me plait beaucoup, préparé le texte, il ne me reste plus que la relecture et je crois que ça sera pas trop mal ... Est-ce que cet article verras le jour ? On dirait bien ^^
Est-ce que j'ai été happée par la vie ? Tout a fait ! Nous sommes le 6 mai, il est 18h58 et je viens enfin d'avoir un moment un peu plus calme pour prendre le temps de me plonger dans la relecture de cet article. Cette fois, c'est la bonne, je termine et je publie !